Commémoration de la Journée Internationale de la Prévention des Catastrophes,(JIPC) à Kaya, le vendredi 04 Décembre 2015 . Thème :« La connaissance sauve des vies ».

lundi
5 septembre 2011
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos

Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Champ d’action | | Evénéments | | Médiathèque | | Nos partenaires | | Nos rapports | | Nos réalisations |

Les avantages de la Micro-dose : Témoignage d’un paysan modèle dans la province de l’Oubritenga

semis d'engrais dans un champ de Niébé
L’agriculture Burkinabé connait un certain nombre de difficultés liées notamment à une baisse continue dans la fertilité des sols et à l’utilisation très limitée d’engrais minéraux en raison de leur coût élevé et du problème d’accessibilité physique. En outre l’utilisation traditionnelle consistant à jeter l’engrais à la volet ne permet pas une gestion efficiente de cette matière organique sur les superficies. Ce qui se répercute négativement sur les rendements agricoles. Et pourtant une bonne gestion des engrais minéraux et organiques pourrait augmenter les rendements des cultures et maintenir la fertilité des sols. Le Réseau MARP y croit « dur comme fer ».


En tout cas depuis 2009, Le Réseau MARP-Burkina met en œuvre un projet de AGRA (Alliance pour une Révolution Verte en Afrique) dénommé « La Micro-dose ». C’est une technologie consistant à semer une dose optimale d’engrais pendant la semis ou deux semaines après la levée. Dans sa stratégie d’intervention, le Réseau MARP a mis en place un réseau de paysans démonstrateurs qui ont pour tâche de démontrer la technologie de la micro-dose aux autres paysans, en vue d’une vulgarisation à grande échelle.

TIEMTORE Alassane est l’un de ces paysans démonstrateurs dans le village de Ramintenga, (province de l’Oubritenga, à 40 Km de Ouagadougou, au Burkina Faso) ; qui s’est engagé pour la vulgarisation de cette technologie.
Il a bénéficié de 5kg d’engrais, de la part du Réseau MARP, pour une démonstration de la micro-dose en champ école, sur une superficie de ¼ d’hectare. Dans son champ de sorghos de 03 hectares il a appliqué l’engrais en micro-dose sur deux hectares, et un hectare en dose vulgarisée (la dose vulgarisée consiste à appliquer l’engrais à la volet). Il dit avoir fait ce choix pour faire une étude comparative entre l’usage de l’engrais en micro dose et en dose vulgarisée.

L’engagement d’Alassane comme paysan démonstration de la technologie micro-dose cette année n’est pas un fait de hasard : « j’étais d’abord convaincu que la micro-dose a beaucoup d’avantages pour nous en termes de rendement et de fertilité du sol. En plus de cela j’ai une petite expérience en micro-dose pour avoir testé cette technologie l’année dernière et je compte la partager avec les autres ». En tout cas Alassane n’a pas eu tort. Tandis-que sa parcelle de sorghos en dose vulgarisée est toujours au stade de montaison avec quelques attaques de parasites, ses plants de sorghos en micro-dose sont déjà au stade d’épiaison à moins de deux mois et se laissent convoiter par tous les passants du fait d’un bon développement végétatif.



« La différence est nette » : nous confie-t-il avec le sourire aux lèvres. « 

Chaque semaine je reçois au moins trois visiteurs qui viennent ici s’enquérir de mon expérience. Si toutes-fois les pluies sont généreuses, j’ai espoir de tripler ma production céréalière cetteannée

 » : Nous confie-t-il. Avec l’augmentation de sa production cette année, Alassane, pourra s’acheter plus d’intrants agricole la saison prochaine afin d’emblaver une grande superficie en micro-dose.

Adama GNANOU