Commémoration de la Journée Internationale de la Prévention des Catastrophes,(JIPC) à Kaya, le vendredi 04 Décembre 2015 . Thème :« La connaissance sauve des vies ».

mercredi
17 août 2011
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos

Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Champ d’action | | Evénéments | | Médiathèque | | Nos partenaires | | Nos rapports | | Nos réalisations |

Projet PPASA : Le Réseau MARP-Burkina remet la clef aux bénéficiaires


Le jeudi 11 Août 2011, le Réseau MARP Burkina a procédé à la clôture du Programme Post-inondation d’Appui à la Sécurité Alimentaire (PPASA), à Gourcy. La cérémonie était présidée par le Haut Commissaire du Zondoma, Hassane Sawadogo, en présence des donateurs, Christian Aid.

Le Réseau MARP déploie depuis de nombreuses années d’énormes efforts pour le mieux être de la population du Zondoma. Ces efforts se sont traduits par la conduite de projets et programmes de développement, notamment le Programme Post-Inondation d’Appui à la Sécurité Alimentaire (PPASA), au lendemain des inondations de 2008 dans la province du Zondoma, où de nombreuses personnes se sont retrouvées sans abris.

la maraicher-culture : une activité salvatrice pour les femmes

Trois ans durant, la conduite de ce projet a permis d’obtenir des résultats satisfaisants.
Entre autre ont peut citer :
 L’aménagement de 600 ha d’ouvrages CES/DRS (Conservation des Eaux et des Sols/ Drainage des Sols) à Ouétigué, Lintiga et Saye dans la commune de Bassi ;
 L’aménagement de 10 hectares de périmètres maraîchers à Kéradouré, Rondolga et Ridimbo ; l’aménagement de 25 hectares de bas-fond rizicole à Ridimbo et Pella
 La construction d’un comptoir de la volaille dans la commune de Bassi. D’une valeur de 3 millions de francs CFA. Un comptoir qui devrait faire de la province du Zondoma une référence en matière de commercialisation et d’élevage de la volaille.

le centre de commercialisation de la volaille de Bassi

Au-delà des réalisations physiques, le Réseau MARP a renforcé les capacités de nombreux bénéficiaires dans des domaines aussi variés que la production semencière, la riziculture, la réalisation de CES/DRS, les techniques de production maraîchère, la vaccination de la volaille, etc. Ces résultats ont permis de réduire la vulnérabilité alimentaire des quelques 2100 ménages bénéficiaires qui constituaient le public cible du projet.

Comment pérenniser les acquis du projet ?

les bénéficiaires sont sortis nombreux pour la cérémonie

C’était en substance la question essentielle au cours des échanges. D’ores et déjà 10 responsables de suivi des réalisations CES/DRS ont été formés pour l’entretien de ces réalisations. Dans son allocution, le Haut Commissaire a invité les populations bénéficiaires à s’approprier les investissements pour une optimisation des effets et impacts du projet à travers notamment un engagement réel. En outre, il a exhorté les services techniques à continuer résolument dans le processus d’encadrement des populations pour une utilisation rationnelle et bénéfique des investissements du projet.

Après avoir manifesté ses réels motifs de satisfaction quant aux résultats obtenus par le Réseau MARP, le représentant de Christian Aid, M. Marc KABORE, a indiqué que la fin de ce projet ne signifie pas la fin du partenariat entre Christian Aid et le Réseau, « le partenariat se poursuivra à travers d’autres programmes en cours ». a-t-il conclu

Monsieur Mathieu Ouédraogo, Président du Réseau MARP-Burkina, a indiqué que « bien que toute fin paraît triste, la clôture du PPASA inspire des sentiments de satisfaction et d’espoir ». Il a par ailleurs rassuré les populations du Zondoma de la continuité des actions du Réseau MARP dans le Zondoma à travers d’autres formes d’interventions au profit des populations.

le président du réseau MARP-Burkina signe le document de donation des investissements du projet

La cérémonie a pris fin par la signature symbolique de protocoles de donation des réalisations et des compétences aux acteurs à la base. Protocole qui leur donne toutes les responsabilités à poursuivre les activités sur le terrain.

Adama Gnanou