Commémoration de la Journée Internationale de la Prévention des Catastrophes,(JIPC) à Kaya, le vendredi 04 Décembre 2015 . Thème :« La connaissance sauve des vies ».

mardi
1er mars 2011
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos

Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Champ d’action | | Evénéments | | Médiathèque | | Nos partenaires | | Nos rapports | | Nos réalisations |

Projet Micro dose : les bailleurs de fonds évaluent le projet à mis parcours


Dans le cadre des activités du projet micro-dose, le Réseau MARP Burkina a reçu une équipe d’évaluation venue de Londres en Angleterre. Le 22 Février 2011, ils se sont rendus dans la commune de Nagréongo (province de l’Oubritenga) où Ils ont pu visiter des magasins de warrantage et des boutiques intrants. Au cours de cette visite l’équipe a s’est aussi rendu sur le périmètre irrigué du barrage de Nagréongo, où le Réseau MARP fait la promotion et la vulgarisation de la technologie de la « micro dose ». A l’issue de la visite, un échange a eu lieu avec les bénéficiaires du projet

S’imprégner de l’état d’avancement des activités du projet AGRA Micro Dose et échanger avec les bénéficiaires afin d’améliorer la suite des activités, telle était l’objectif de la mission d’évaluation à mi-parcours du projet micro dose. Venu de Londres en Angleterre, la mission était accompagnée par une équipe du Réseau MARP, de l’INERA, et de Hunger projet.

Vue d’une boutique d’intrant agricole vue interne d’une boutique de warrantage

Au cours de cette visite les évaluateurs ont pu visiter le magasin de warrantage et la boutique d’intrant de Manegretenga dans la commune de Nagréongo. Des échanges ont eu lieu avec les producteurs ce qui leur a permis de comprendre le mode de fonctionnement des ces boutiques.

A l’issue des échanges on peut retenir que dans le classement, le sorgho est la céréale la plus consommée par la population suivi millet, du maïs, du niébé et du riz. Par contre la céréale la plus commercialisée est le niébé, ensuite le riz, le sésame, le maïs et le sorgho. Quand à l’utilisation de l’engrais, les paysans ont indiqué que cela dépend de la capacité financière de chaque paysan à pouvoir s’acheter une grande ou une petite quantité d’engrais.

D’un montant total de 2. 803.750.00 dollars, ce projet est financé par l’Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA) et vise à augmenter d’ici 3 ans, la production de mil, du sorgho, du niébé et du maïs de 50% et le revenu agricole de 30% de 130 000 ménages agricoles au Burkina Faso. Son objectif est de parvenir à une large diffusion et une adoption à grande échelle de la technologie de la micro dose et le système du warrantage.


Avec la coordination de l’INERA, Institut National de l’Environnement et de la Recherches Agricoles du Burkina Faso, le projet est mis en œuvre par Réseau MARP Burkina, (Réseau pour le Développement et la Promotion des Méthodes Actives de Recherche et de Planification Participatives) et Hunger Project Burkina pour une durée de quatre (O4) ans. Les provinces bénéficiaires au Burkina Faso sont le Ziro, le Boulougou, le Kouritenga, l’Oubritenga et le Nahouri.

Au cours de cette visite la délégation s’est rendue sur le périmètre irrigué du barrage de Nagréongo.


Nous sommes au périmètre irrigué du Barrage de Nagréongo province de l’Oubritenga à 25 km de Ouagadougou la capitale. En saison sèche ce périmètre irrigué de près de 500 hectares fait vivre près de 10.000 âmes grâce à cette culture de contre saison. Ont y trouve une variés de plantes notamment l’oignons (principal produit exploité), la tomate, le gombo, le maïs etc. Regroupés en groupement d’intérêt communautaire, les maraichers de Nagréongo aspirent un jour à l’autonomisation. « Nous avons réussi à produire nous-mêmes nos semences ce qui nous permis d’augmenter nos superficies. Maintenant, nous voulons tendre vers l’individualisation dans les exploitations des périmètres » affirme Issouf OUEDRAOGO porte parole des maraichers.

En 2009 ils ont bénéficiés de l’appui du réseau MARP, ONG responsable de l’exécution du projet micro dose dans l’Oubritenga, qui fait la vulgarisation de la technique d’utilisation efficiente de l’engrais sur les plantes.

Avec l’arrivée du projet Micro dose et grâce à l’appui dont ils ont bénéficié les producteurs de Nagréongo exploitent plus de 110 hectares

Issouf LANKOUANDE est à sa deuxième production. Après la plantation d’oignons qu’il a récolté en janvier, il a planté du mais qui est aujourd’hui en phase de montaisons. « Grâce à l’appui et à l’encadrement des animateurs endogènes du Réseau MARP, en plus des techniciens de l’INERA, nous avons appliqué la technologie du microdosage de l’engrais ce qui a donné une bonne croissance à nos plants et vous pouvez le constater vous-mêmes ».

Visiblement, on peut dire que la Micro dose soulage les paysans<img147