Commémoration de la Journée Internationale de la Prévention des Catastrophes,(JIPC) à Kaya, le vendredi 04 Décembre 2015 . Thème :« La connaissance sauve des vies ».

jeudi
5 mai 2011
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos

Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Champ d’action | | Evénéments | | Médiathèque | | Nos partenaires | | Nos rapports | | Nos réalisations |

Foire au bétail pour les sinistrés de Mani : Le Réseau MARP accompagne la FAO

Dans le cadre de l’appui aux sinistrés de Mani, la FAO a organisé une foire au bétail au bénéfice de 200 familles sinistrées. C’était le jeudi 10 février 2011 à Mani dans la province de la Gnagna à 26O km de Ouagadougou. A la fin de la foire chaque bénéficiaire est rentré chez lui avec au moins un couple d’ovins plus de 50kg d’aliment à bétail. Le Réseau MARP Burkina partenaire Opérationnel du projet y était de la partie. Cette foire première du genre à mobilisé plus 300 participants dont les autorités administratives et communales, les partenaires techniques et financiers.

On pouvait lire l’enthousiasme sur les visages des populations de Mani ce jeudi 10 février 2011. Très tôt le matin la place du marché de batail de Mani grouillait du monde. Femmes enfants et chefs de ménages ont fait le pied de grus ici depuis 6heures pour accueillir des donateurs. Eux se sont les sinistrés de la Commune de Mani victime des inondations de Juillet 2010. C’est populations avaient tout perdu au cours des événements malheureux.
Mais aujourd’hui une bouffée d’oxygène est arrivée. La FAO dans un élan de solidarité leur à apporté une aide substantielle.

Une première du genre dans l’expérience des urgences agricoles au Burkina Faso. Cette foire selon la FAO vise à aider les populations à la reconstruction des outils de production, enrichir l’arsenal de riposte à l’insécurité alimentaire et soutenir le relèvement en matière de production agricole et animale. Financée par EHCOS (branche humanitaire de l’Union Européenne) à un coût total de 1milliards de FCFA, les provinces bénéficiaires sont le Sanmatenga, le Namentenga, la Gnagna, le Soum, le Yagha, et l’Oudalan. Pour cette première opération, 200 ménages vulnérables de Mani étaient concernés.

Chaque famille sinistrée a bénéficié d’un bon d’une valeur de 60 000FCFA qui leur permet d’acheter un couple producteur de petit ruminant, fournis sur place par des commerçants de bétail de la localité . En plus chaque récipiendaire a bénéficié 50 kg d’aliments détail et d’une couverture prophylactique des animaux reçus.

Selon le Représentant de la FAO au Burkina, « le choix de cette approche vise à responsabiliser davantage les bénéficiaires de ces appuis qui vont donc en particulier avoir leur mot à dire dans le choix des animaux ». Cette nouvelle façon de faire l’appui au développement, est de considérer les bénéficiaires comme aussi des partenaires et non de simplement récipiendaires d’aide.

Après Mani cette activité devrait se poursuivre dans d’autres localités et ce dans les jours à venir.
Réseau MARP qui a pris part à cette foire en tant que partenaire opérationnel du projet a contribué à l’enregistrement des bénéficiaires après les achats des animaux et aussi à distribuer les aliments de bétail.

PROPOS DE DEUX BENEFICIAIRES


BOURGOU Mariam  : je suis mariée, j’ai 27 ans et deux enfants. Cette aide est pour moi une grande opportunité, car si j’entretiens bien mes animaux, et avec un peu de chance, ils pourront se multiplier dans les années à venir. Et quand je vais vendre les plus grands en ce moment je pourrai acheter de plus ajouter et ils se multiplieront vite. Vraiment je suis très heureuse ce matin.


BOURGOU Simon Pierre : je suis commerçant de bétail à Mani, en même temps trésorier du bureau de commerçants de bétail de Mani. J’exerce ce métier depuis longtemps. Pour cette foire j’ai été contacté pour fournir des animaux. Moi seul j’ai pu fournir 90 têtes de moutons. N’eu été cette activité je n’ai jamais vendu un tel nombre d’ovins même je jour du marché. Nous préférons cette démarche car elle profite entièrement à tout le monde.

Adama GNANOU