mardi
28 février 2017
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos



Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Qui sommes-nous ? | | Nos réalisations | | Zones d’intervention | | Nos rapports | | Nos partenaires | | Notre équipe |

Produire une tonne d’oignons : tel est notre défi. Dixit la président du groupement du site maraicher de Tomo/Sanguié

Le site de Tomo à Kyon dans la province du Sanguié bénéficie de l’appui de DRYDEV depuis le démarrage du volet maraichage en 2015-2016.
« Grâce à DryDev, notre site a été agrandi de 0,25 à 0,50 ha avec 2 nouveau puits à grand diamètre. Il est exploité par 30 personnes dont 28 femmes. Nous sommes cette année au début de la production et nous avons repiqué des planches d’oignon à majorité et des choux. Si tout se passe bien, nous comptons récolter une tonne (1t) d’oignon, soit 10 sacs de 100kg ; une demi-tonne (0,5t) de choux, soit 5 sacs de 100kg et 15 caisses de tomates. En plus de ces spéculations principales, nous produisons également des aubergines, de la salade, du gombo et du piment.

La difficulté majeure que nous éprouvons est le problème d’exhaure d’eau dans les puits à grand diamètre. Les femmes éprouvent des difficultés (vertiges) pour puiser l’eau. Pour cela, nous avons besoin dans le court terme, d’un treuil avec un système de poulie pour faciliter l’exhaure tout en protégeant une partie du diamètre des puits avec des dalles. Dans le meilleure des cas, nous avons besoins d’une bonne moto pompe pour tirer l’eau. C’est un problème qui nous tient à cœur et nous avons tenu à l’exprimer depuis l’année passée. Le coût d’une bonne moto pompe qui tourne autour de quatre cent mille francs (400.000FCFA) n’est pas à notre porté, car tout ce que nous gagnons comme revenus dans le maraichage entre dans nos dépenses quotidiennes. Nous avons essayé de nous cotiser pour afin de nous procurer cet outil mais, nous sommes très loin du compte et cela va nous prendre plusieurs années ».